Mijae Lee: Transition from Tradition to Digit

201311210014[12]Quand: 11/03/2015 – 18/04/2015

Où: Centre Culturel Coréen de Bruxelles – Rue de la Régence, 4, 1000 Bruxelles

Prix: Gratuit

Site: http://brussels.korean-culture.org/

 

L’artiste de textile Mijae Lee est née à Séoul en 1950 et a été diplômé en 1975 en études des beaux-arts à l'Université pour femmes d’Ehwa. Ensuite, elle a continué ses études à Hanovre et à Munich jusqu’en 1979. Elle a déjà été vue à de nombreuses expositions en Corée et en Europe, et travaille comme professeur à la Faculté des Beaux-Arts à l’Université de Chung Ju. Mijae Lee relie le passé à l’avenir, et recherche un dialogue entre l’artisanat traditionnel et des influences contemporaines.

Mijae Lee donne une interprétation contemporaine du jogakbo, une technique traditionnelle pour le recyclage de textile restant après la production de hanboks, ou les vêtements traditionnels coréens. Les restants de textiles sont cousus ensemble pour obtenir des compositions colorées. Mijae Lee crée ses propres compositions de jogakbo, qui sont numérisées par la suite, afin d’obtenir des motifs répétitifs. En réimprimant ces motifs sur le textile, l’artiste relie la tradition de jogakbo à l’art numérique d’aujourd’hui.

Dans un autre type de travail, Mijae Lee crée des nuances lyriques par sérigraphie dans différentes couches. Ces œuvres expriment un fort désir de liberté, et ils créent des impressions de lumière ou de feux d’artifice. Selon l’artiste elle-même, Mijae Lee se trouve sur un carrefour du postmodernisme, qui après des années de formes géométriques aspire à nouveau à la nature.